Page personnelle de Frédéric Wronecki

Figures de langage

Novembre 1998 : 12 nouveaux termes ajoutés, grâce à la complicité de Toussaint Coppolani

Ce travail est une compilation personnelle, pour le plaisir, de quelques dictionnaires (Grand Larousse, Littré, Petit Robert) et du "Bon Usage" de Grevisse.

Quand ces ouvrages donnent des définitions discordantes d'un même terme, les différentes définitions sont indiquées.

Trois modes de consultation possibles :

Remarques, suggestions ? Ecrivez-moi

 1. Métaplasmes : altérations dans le matériel d'un mot autorisées par l'usage

 1.1. Génération de phonèmes

 1.1.1. L'épenthèse (n.f.)

Etymologie : grec epenthesis : "action de surajouter"

Définition : Apparition à l'intérieur d'un mot d'un phonème que l'étymologie ne justifie pas. Elle se produit pour adoucir des articulations inhabituelles.

Voir aussi anaptyxe, paremptose, paragoge, prosthèse.

Exemples :

 1.1.2. L'anaptyxe (n.f.)

Etymologie : grec anaptuxis : "développement")

Vieilli, aujourd'hui inusité

Définition : Sorte d'épenthèse : développement d'une voyelle parasitaire qui facilite l'articulation d'un mot.

 1.1.3. La paremptose

Vieilli, aujourd'hui inusité

Définition : Littré : insertion dans un mot d'une consonne qui ne forme pas syllabe.

 1.1.4. La paragoge

Vieilli, aujourd'hui inusité

Définition : Littré : addition à la fin d'un mot : dans jusques, l's est une paragoge qu'on se permet quand l'euphonie ou la mesure le demande, par exemple dans ce vers :

Exemple :

 1.1.5. La prosthèse

Vieilli, aujourd'hui inusité

Définition : Littré : addition d'une lettre ou d'une syllabe au commencement d'un mot, sans en changer la valeur.

Exemple :

 1.1.6. La gémination

Définition : GL : Redoublement, dans l'émission ou l'écriture, d'une voyelle, d'une consonne ou d'une syllabe.

Exemple (de syllabes uniquement) :

 1.2. Déplacement de phonèmes

 1.2.1. L'anticipation

Etymologie : latin anticipatio

Définition : GL : Changement de position d'un phonème dans un mot, par suite d'une difficulté d'articulation de ce phonème à sa place première, l'amenant ainsi à être prononcé avant le ou les phonèmes qui le précédaient.

Exemple :

 1.2.2. La métathèse

Etymologie : grec metathesis : "déplacement"

Définition 1 : PR : Altération d'un mot ou d'un groupe de mots par déplacement, interversion d'un phonème, d'une syllabe, à l'intérieur de ce mot ou de ce groupe.

Définition 2 : Littré : transposition d'une lettre.

Définition 3 : GL : Déplacement des phonèmes (voyelle, consonne) à l'intérieur d'un mot, dû à une difficulté d'articulation (le phonème quitte sa place originaire pour en prendre une autre, soit à l'intérieur de la même syllabe, soit dans une syllabe différente).

Exemple :

 1.3. Disparition de phonèmes

 1.3.1. L'aphérèse (n.f.)

Etymologie : grec aphaeresis

Définition : Chute d'un phonème ou d'un groupe de phonèmes au début d'un mot.

Exemples :

 1.3.2. La syncope

Etymologie : grec sugkopê : "défaillance"

Définition : Suppression d'une lettre ou d'une syllabe à l'intérieur d'un mot.

Exemples :

 1.3.3. L'apocope (n.f.)

Etymologie : grec apokopa, de apokopein : "retrancher"

Définition : Chute d'un phonème ou d'une syllabe à la fin d'un mot.

Exemples :

 1.3.4. La synérèse (n.f.)

Etymologie : grec sunairesis : "rapprochement"

Définition : PR : Prononciation groupant en une seule syllabe deux voyelles contiguës d'un même mot.

Exemple :

Voir aussi crase.

(La synérèse conserve le son des lettres. La crase donne un son tout autre)

Le phénomène contraire est la diérèse.

 1.3.5. La crase

Définition : Littré : contraction de syllabes où le son des éléments disparaît.

Exemple :

Voir aussi synérèse.

 1.3.6. La synalèphe (n.f.)

Etymologie : grec sunaloiphê

Définition : Fusion de deux ou de plusieurs syllabes en une seule, par élision, synérèse ou contraction.

Exemples :

A noter que la langue anglaise a créé de nombreux néologismes de cette façon ("portfolio words") :

 2. Figures de construction

 2.1. L'anacoluthe (n.f.)

Etymologie : grec anacoluthon : "absence de suite"

Définition : Rupture ou discontinuité dans la construction d'une phrase.

Exemples :

Définition 2 :Littré : tournure dans laquelle, commençant par une construction, on finit par une autre.

Exemple :

L'anacoluthe donne parfois plus de vigueur à la pensée, comme dans cette phrase de Pascal : Définition 3 : Littré : ellipse qui consiste à employer un relatif sans son antécédent.

 2.2. L'ellipse (n.f.)

Etymologie : grec elleipsis : "manque"

Définition : Omission syntaxique ou stylistique de un ou plusieurs mots que l'esprit supplée de façon plus ou moins spontanée.

Exemples :

Ellipse du sujet :

Ellipse de l'agent dans une locution : Ellipse du verbe : L'ellipse permet d'éviter la répétition lorsqu'on répond à une question, lorsqu'on coordonne ou compare deux termes.

Voir aussi anacoluthe (deuxième sens).

 2.3. La brachylogie

Etymologie : grec brachus : "court" et logos : "discours"

Définition : GL : emploi d'une expression elliptique.

Définition : Grevisse : Variété d'ellipse consistant, au sens large, à s'exprimer de façon concise, avec le moins de mots possible.

Exemple :

En un sens plus spécial, elle consiste à ne pas répéter un élément précédemment exprimé.

Définition 2 : Littré : vice d'élocution, qui consiste dans une brièveté excessive, et poussée assez loin pour rendre le style obscur.

Voir zeugma.

Exemple :

 2.4. La tmèse

Etymologie : grec tmêsis : "coupure"

Définition : GL : Disjonction, séparation de deux éléments phoniques habituellement liés dans un mot.

Définition 2 : Grevisse : Intercalation d'un ou de plusieurs mots dans l'assemblage qui constitue une locution conjonctive.

Exemples :

 2.5. Le zeugma

Etymologie : grec zeugma : "lien"

Définition : PR : Construction qui consiste à ne pas énoncer de nouveau, quand l'esprit peut les rétablir aisément, un mot ou un groupe de mots déjà exprimés dans une proposition immédiatement voisine.

Définition : GL : Construction qui consiste à rattacher grammaticalement deux ou plusieurs noms à un adjectif ou à un verbe qui, logiquement, ne se rapporte qu'à l'un des noms ou qui est pris dans des sens différents.

Exemple :

Définition 3 : Littré : figure d'élocution plus connue sous le nom d'adjonction. Le zeugma a lieu quand un mot, déjà exprimé dans une proposition, est sous-entendu dans une autre proposition analogue à la première et attachée à celle-ci.

Exemples :

Le zeugma est simple quand le mot sous-entendu est exactement celui qui a été exprimé :

Le zeugma est composé si le mot sous-entendu n'est pas absolument celui qu'on a déjà vu : Le zeugma peut être utilisé pour créer des effets comiques :

 2.6. L'asyndète (n.f.)

Etymologie : grec asyndeton

Définition : Absence de liaison (par une conjonction, etc.) entre deux termes ou groupes de termes en rapport étroit.

Exemples :

Synonyme de disjonction.

Définition 2 : Littré : sorte d'ellipse par laquelle on retranche les conjonctions simplement copulatives qui doivent unir les parties d'une phrase.

Exemple :

L'effet contraire est la polysyndète.

 2.7. La syllepse

Etymologie : grec sullepsis : "action de prendre ensemble"

Définition : Accord selon le sens et non selon les règles grammaticales.

Définition 2 : Littré : figure de grammaire qui règle l'accord des mots, non d'après les règles grammaticales, mais d'après les vues particulières de l'esprit.

Exemples :

Syllepse de nombre :

Syllepse de genre : Syllepse de personne :

Définition 3 : GL et Littré donnent un deuxième sens : Procédé par lequel on prend le même mot à la fois au propre et au figuré.

Exemple :

 2.8. L'aposiopèse (n.f.)

Etymologie : grec aposiopesis : "silence brusque"

Vieilli, aujourd'hui inusité

Définition : Interruption brusque d'une construction, traduisant une émotion, une hésitation, une menace.

Exemple :

Voir réticence.

 2.9. L'anastrophe (n.f.)

Etymologie : grec anastrophè : "renversement"

Définition : GL : Renversement de l'ordre habituel des mots dans une phrase

Exemple :

 2.10. La polysyndète (n.f.)

Etymologie : grec polusundeton : "liaison multiple"

Définition : GL : Coordination multiple, réalisée par des conjonctions qui joignent des termes d'une même phrase

Exemple :

L'effet contraire est l'asyndète.

 2.11. L'épanalepse (n.f.)

Etymologie : grec epanalepsis, "reprise"

Définition : GL : Reprise d'un nom par un pronom dans la même proposition.

Exemple :

 2.12. L'hendiadys (n.m.)

Etymologie : grec hen dia duoin, "une chose par deux noms"

Définition : GL : Procédé qui consiste à remplacer un nom accompagné d'un adjectif ou d'un complément par deux noms unis au moyen d'une conjonction.

Exemple :

 2.13. L'hyperbate (n.f.)

Etymologie : grec hyperbaton

Définition : GL : Procédé par lequel on renverse l'ordre habituel des mots.

Exemple :

Synonyme d'inversion.

 3. Figures de mots (tropes) : extension ou détournement du sens propre des mots

 3.1. La catachrèse

Etymologie : grec katachrêsis : "abus"

Définition : Figure de rhétorique qui consiste à détourner un mot de son sens propre.

Exemples :

Définition 2 : Littré : trope par lequel un mot détourné de son sens propre est accepté dans le langage commun pour signifier une autre chose qui a quelque analogie avec l'objet qu'il exprimait d'abord :

Exemples :

Le langage technique est un réservoir de catachrèses : L'oubli de la raison d'être initiale de la catachrèse peut conduire à des juxtapositions insolites : A noter que ces exemples sont au départ des synecdoques (la couleur, la matière, la marque, ..., désignent un objet précis), puis des extensions (le mot vient à désigner tout objet remplissant la même fonction), et deviennent des catachrèses quand elles s'incrustent dans la pratique courante.

Voir extension, restriction.

 3.2. L'extension

Etymologie : latin extensio, de extendere : "étendre"

Définition : Action de donner à quelque chose une portée plus générale, la possibilité d'englober un plus grand nombre de choses. Pour un mot : le fait de s'appliquer à plus d'objets.

Exemples :

Panier :

Bureau :

 3.3. La restriction

Ce qui restreint le développement, la portée de quelque chose.

 3.4. La métonymie

Etymologie : grec metonumia : "changement de nom"

Définition : PR : Figure de rhétorique par laquelle on exprime un concept au moyen d'un terme désignant un autre concept qui lui est uni par une relation nécessaire :

Définition 2 : Littré : figure de rhétorique par laquelle on met un mot à la place d'un autre dont il fait entendre la signification. En ce sens général la métonymie serait un nom commun à tous les tropes, mais on la restreint aux usages suivants : Voir hypallage, synecdoque.

Définition 2 : BC : Figure qui consiste à désigner un objet par le nom d'un autre objet lié au premier par la logique ou la pratique.

Exemples :

 3.5. La synecdoque

Etymologie : grec sunekdokhê : "compréhension simultanée"

Définition : PR : Figure de rhétorique qui consiste à prendre le plus pour le moins, la matière pour l'objet, l'espèce pour le genre, la partie pour le tout, le singulier pour le pluriel ou inversement.

Exemples :

Définition 2 : GL : Procédé qui donne à un terme un sens plus étendu que ne le comporte son emploi ordinaire.

Littré : la synecdoque est une espèce de métonymie. Dans la métonymie on prend un nom pour un autre, dans la synecdoque on prend le plus pour le moins ou le moins pour le plus.

 3.6. L'hypallage (n.f.)

Etymologie : grec hupallagê : "échange, interversion"

Définition : Figure de style/ de grammaire qui consiste à attribuer à certains mots d'une phrase ce qui convient à d'autres mots (de la même phrase).

Exemples :

Définition 3 : Littré : figure par laquelle on paraît attribuer à certains mots d'une phrase ce qui appartient à d'autres mots de cette phrase, sans qu'il soit possible de se méprendre au sens :

Exemple :

Une hypallage est vicieuse quand l'attribution ne peut se faire que de façon indirecte :

 3.7. L'antonomase

Etymologie : grec antonomasia

Définition : PR : Figure de rhétorique consistant à remplacer un nom par l'énoncé d'une qualité propre à l'objet ou à l'être qu'il désigne.

Exemples :

Définition 2 :GL : emploi d'un nom propre pour un nom commun ou réciproquement.

Exemples :

Définition 3 : Grevisse : figure de langage désignant un personnage par le caractère dont il est le type, ou un individu qui a un certain caractère, par le personnage qui en est le type.

Définition 3 : Littré : sorte de synecdoque qui consiste à prendre un nom commun pour un nom propre, ou l'inverse.

Exemples :

Nota : une expression comme "l'auteur des Géorgiques" (Virgile) n'est pas une antonomase, mais une périphrase.

 3.8. La paronomase

Etymologie : grec para, "à côté" et onoma, "nom"

Définition : GL : Procédé de style qui consiste à employer à côté l'un de l'autre des mots dont le son est à peu près semblable, mais dont le sens est différent.

Exemples :

 4. Figures de pensée : présentation de la pensée sous une forme plus vive

 4.1. L'hypotypose

Etymologie : grec hupotupôsis)

Vieilli, aujourd'hui inusité

Définition : Littré : description animée, vive et frappante, qui met pour ainsi dire la chose sous les yeux.

 4.2. La périphrase

Etymologie : grec periphrazein : "parler autour"

Définition : Figure qui consiste à exprimer une notion, qu'un seul mot pourrait désigner, par un groupe de plusieurs mots.

Définition 2 : Littré : figure de style par laquelle, au lieu d'un seul mot, on en met plusieurs qui forment le même sens. Périphrase est littéraire et relatif seulement à la forme du discours, au lieu que circonlocution est de la langue commune et se rapporte au sens, aux idées. On se sert de périphrases pour embellir le discours, et de circonlocutions pour adoucir ce qui blesserait, pour écarter des idées désagréables, basses ou peu honnêtes. La périphrase ne fait que tenir la place d'un mot ou d'une expression ; au fond, elle ne dit pas davantage ; au lieu que la paraphrase ajoute d'autres pensées, elle explique, elle développe.

Exemples :

Voir circonlocution, détour.

On peut user de périphrases pour toucher à un sujet délicat : voir euphémisme.

 4.3. La circonlocution

Etymologie : latin circumlocutio : "parler autour"

Définition : Manière d'exprimer sa pensée d'une façon indirecte (GL : et imprécise).

Voir ambage, périphrase.

 4.4. L'apostrophe (n.f.)

Etymologie : grec apostrophê

Définition : PR : Figure de rhétorique par laquelle un orateur interpelle tout à coup une personne ou même une chose qu'il personnifie.

Définition 2 : GL : Procédé par lequel on s'interrompt pour adresser la parole à des personnes présentes, absentes ou mortes, à des objets inanimés.

Exemples :

 4.5. La prosopopée

Etymologie : grec prosopopeia, de prosopon : "personne"

Définition : Figure par laquelle on fait parler et agir une personne que l'on évoque, un absent, un mort, un animal, une chose personnifiée.

Définition 2 : Littré : figure de rhétorique qui prête de l'action et du mouvement aux choses insensibles, qui fait parler les personnes soit absentes, soit présentes, les choses inanimées, et quelquefois même, les morts.

Voir évocation.

Exemples :

 4.6. L'interrogation

Etymologie : latin interrogatio

Définition : PR : Type de phrase logiquement incomplète qui a pour objet de poser une question ou qui implique un doute.

Définition 2 : Grevisse : Interrogation oratoire : figure de rhétorique par laquelle on donne à entendre qu'il faut admettre comme évidente la proposition contradictoire à celle qu'on exprime fictivement sous la forme interrogative.

Exemples :

Définition 2 : Littré : figure de rhétorique par laquelle l'orateur adresse à son adversaire ou au public une ou plusieurs questions auxquelles il sait bien qu'on ne répondra pas.

 4.7. L'interjection

Littré : figure de rhétorique qui consiste à interrompre le sens pour placer une exclamation, une réflexion plus ou moins prolongée.

 4.8. L'exclamation

Etymologie : latin exclamatio

Définition : PR : Cri, paroles brusques exprimant de manière spontanée une émotion, un sentiment.

Définition 2 : GL : Mot interjectif ou phrase réduite dans lesquels l'intonation exprime une émotion violente ou un jugement teinté d'affectivité.

Définition 3 : Littré : figure de rhétorique qui consiste à se livrer tout à coup dans le discours aux élans impétueux de la passion.

Voir interjection.

Exemple :

Définition 2 : Grevisse distingue trois variétés :

 4.9. L'ironie

Etymologie : grec eironeia : "action d'interroger en feignant l'ignorance"

Définition : Manière de se moquer (de quelqu'un ou de quelque chose) en disant le contraire de ce qu'on veut faire entendre.

Voir humour, persiflage, raillerie, dérision, sarcasme.

 4.10. Le charientisme

Vieilli, aujourd'hui inusité

Définition : Littré : espèce de trope consistant dans une  ironie où on laisse entendre, plutôt qu'on ne l'exprime, ce qu'il y a de piquant dans la pensée.

 4.11. L'anticipation

Etymologie : latin anticipatio

Définition : Mouvement de la pensée qui imagine ou vit d'avance un événement.

Définition 2 : Littré : réfutation anticipée d'objections prévues.

Synonyme de prolepse.

Exemple :

 4.12. La prolepse

Etymologie : grec prolêpsis : "anticipation"

Définition : PR : Figure de rhétorique par laquelle on prévient une objection, en la réfutant d'avance.

Définition 2 : GL : Procédé qui consiste à employer une épithète marquant un événement qui précède celui qui est indiqué par le substantif ou à placer un mot dans la proposition qui précède celle où il devrait être.

Exemple :

 4.13. La concession

Etymologie : latin concessio

Définition : Littré : figure de rhétorique par laquelle on accorde à son adversaire ce qu'on pouvait lui disputer.

Définition 2 : L'Académie française donne un sens plus restrictif : figure par laquelle on feint d'accorder à son adversaire ce qu'en réalité on lui refuse.

Exemple :

 4.14. La réfutation

Etymologie : latin refutatio, de refutare : "repousser"

Définition : Partie du discours dans laquelle on répond aux objections exprimées ou prévues.

 4.15. La métastase

Vieilli, aujourd'hui inusité

Définition : Littré : figure de rhétorique consistant à rejeter sur le compte d'autrui les choses que l'orateur est forcé d'avouer.

 4.16. L'épiphonème (n.m.)

Etymologie : grec epi, "sur", et phônêma, "voix"

Définition : GL : Exclamation sentencieuse par laquelle on termine un récit, un discours.

Exemple :

 4.17. La métalepse

Etymologie : grec metalêpsis, "transposition"

Définition : GL : Figure de rhétorique par laquelle on fait entendre l'antécédent par le conséquent, ou l'inverse.

Exemples :

 5. Figures de comparaison

 5.1. La comparaison

Définition : Rapport établi entre un objet et un autre terme.

Définition 2 : Littré : figure de rhétorique par laquelle, pour éclaircir une idée ou pour orner le discours, on applique à un objet des traits de ressemblance empruntés à un objet différent.

Synonyme de similitude.

Exemple :

 5.2. Le cliché

PR : Idée ou expression trop souvent utilisée.

Voir banalité, lieu commun, poncif.

 5.3. Le poncif

Expression littéraire dénuée d'originalité

 5.4. Le lieu commun

Fait de style qu'un emploi trop fréquent a affadi.

Exemples :

 5.5. La métaphore

Etymologie : grec metaphora : "transposition"

Définition : PR : Figure de rhétorique qui consiste dans un transfert de sens (terme concret dans un contexte abstrait) par substitution analogique.

Définition 2 : GL : Figure de rhétorique qui consiste à "transporter" un mot de l'objet qu'il désigne d'ordinaire à un autre objet auquel il ne convient que par une comparaison sous-entendue.

Voir comparaison, image.

Définition 3 : BC : Figure qui établit entre deux termes une relation d'analogie ou d'équivalence, tout en échappant à l'épreuve de vérité.

Définition 4 : Littré : figure de rhétorique par laquelle la signification naturelle d'un mot est changée en une autre. La métaphore est une figure par laquelle on transporte, pour ainsi dire, la signification propre d'un nom à une autre signification qui ne lui convient qu'en vertu d'une comparaison qui est dans l'esprit.

Exemples :

Expression : Une métaphore est incohérente quand ses termes ne peuvent pas s'accorder :

 5.6. L'antimétathèse

Vieilli, aujourd'hui inusité

Définition : Littré : figure de grammaire par laquelle deux ou plusieurs lettres d'un mot se mettent l'une à la place de l'autre, comme utile et tuile.

Définition 2 : Littré : figure de mot par laquelle deux phrases font pour ainsi dire entre elles l'échange des mots qui les composent, de manière que chacun se trouve à son tour à la même place et dans le même rapport où était l'autre.

Exemple :

Synonymes : renversement, antimétabole, antimétalyse.

 5.7. L'analogie

Etymologie : latin analogia

Définition : PR : Ressemblance établie par l'imagination (souvent consacrée dans le langage par les diverses acceptions d'un même mot) entre deux ou plusieurs objets de pensée essentiellement différents.

Définition : BC : Rapport de ressemblance fondé sur une proportion à quatre termes : a est à b ce que c est à d.

Exemple :

 5.8. L'apologue (n.m.)

Littré : exposé d'une vérité morale sous une forme allégorique, et dans lequel l'enseignement est presque toujours donné par une assimilation de l'espèce humaine aux êtres que l'on fait parler ou agir.

Synonymes : fable, parabole

 5.9. L'allégorie

Etymologie : grec allegoria

Définition : PR : Suite d'éléments descriptifs ou narratifs dont chacun correspond aux divers détails de l'idée qu'ils prétendent exprimer. Peinture dont chaque élément évoque minutieusement les aspects d'une idée.

Définition 2 : GL : Expression d'une idée par une image, un tableau, un être vivant, etc. Oeuvre littéraire ou artistique utilisant cette forme d'expression.

Voir métaphore, symbole.

Définition 3 : BC : Mode de pensée et d'expression consistant à employer des personnifications à la place de notions abstraites, dans une structure narrative qui les fait agir et surtout parler.

Définition 4 : Littré : sorte de métaphore continuée, espèce de discours qui s'est d'abord présenté sous un sens propre, et qui ne sert que de comparaison pour donner l'intelligence d'un autre sens, qu'on n'exprime point.

 5.10. La parabole

Etymologie : grec parabolê, "comparaison"

Définition : GL : comparaison développée dans un récit, servant de voile à une vérité, à un enseignement. La parabole était une comparaison utilisée par le Christ dans sa prédication pour initier à son enseignement.

 6. Figures d'opposition

 6.1. L'antinomie

Etymologie : grec anti : "contre" et nomos : "loi"

Définition : GL : Contradiction entre deux dispositions d'un même texte. Littré : contradiction entre deux lois.

 6.2. L'antithèse

Etymologie : grec antithesis : "opposition"

Définition : Figure de rhétorique : opposition de deux pensées, de deux expressions que l'on rapproche dans le discours pour en faire mieux ressortir le contraste.

Exemples :

Une rupture dans la logique de pensée peut créer un effet comique dans l'antithèse :

 6.3. L'antiphrase

Etymologie : grec antiphrasis

Définition : Trope : manière d'employer un mot, une locution dans un sens contraire au sens véritable, par ironie ou euphémisme.

Définition : Littré : emploi d'un mot ou d'une proposition dans un sens contraire à son véritable sens. Une antiphrase est une contre-vérité réduite à un seul mot, à une seule dénomination.

Exemples :

 6.4. Le paradoxe

Etymologie : grec paradoxos : "contraire à l'opinion commune"

Définition : PR : Opinion qui va à l'encontre de l'opinion communément admise.

Exemple :

 6.5. L'oxymore

Définition : BC : Figure de mots : alliance de mots de sens opposés.

Exemples :

 6.6. Le chiasme

Etymologie : grec chiasmos, "disposition en forme de croix"

Définition : GL : Procédé qui consiste en une double antithèse dont les termes sont inversés.

Exemple :

Définition : PR : Figure de rhétorique formée d'un croisement des termes (là où le parallélisme serait normal).

Exemple :

 7. Figures de répétition

 7.1. L'antanaclase (n.f.)

Vieilli, aujourd'hui inusité

Définition : Littré : figure de rhétorique, répétition d'un même mot en des sens différents.

Exemple :

 7.2. L'antanagoge (n.f.)

Vieilli, aujourd'hui inusité

Définition : Littré : récrimination, reproche qu'on oppose à un autre reproche, figure par laquelle on rétorque une accusation.

 7.3. L'antapodose (n.f.)

Vieilli, aujourd'hui inusité)

Définition : Littré : seconde partie d'une similitude qui répond exactement à la première.

 7.4. L'antilogie

Vieilli, aujourd'hui inusité

Définition : Littré : contradiction de langage.

 7.5. L'antiparastase (n.f.)

Vieilli, aujourd'hui inusité

Définition : Littré : figure de rhétorique qui consiste en ce qu'un accusé maintient qu'il devrait être loué plutôt que blâmé, s'il avait fait ce qu'on lui impute.

 7.6. L'allitération

Etymologie : anglais alliteration, du latin littera : "lettre"

Définition : Répétition des mêmes sonorités produisant un effet harmonieux ou pittoresque.

Définition 2 : Littré : figure de diction qui consiste à répéter ou opposer plusieurs fois la même ou les mêmes lettres.

Synonyme : paragrammatisme.

Exemples :

 7.7. L'anaphore (n.f.)

Etymologie : grec anaphora : "reprise"

Définition : Figure de rhétorique : répétition d'un mot en tête de plusieurs membres de phrase, pour obtenir un effet de renforcement ou de symétrie.

Exemple :

Mon bras qu'avec respect toute l'Espagne admire, Mon bras qui tant de fois a sauvé cet Empire... (Corneille).

Voir aussi symploque.

 7.8. La symploque

Littré : répétition consistant à commencer plusieurs membres de phrases ou à les finir par le même mot.

 7.9. L'anadiplose (n. f.)

Littré : espèce de répétition qui consiste à placer deux fois de suite le même mot à la fin de la phrase qui finit et au commencement de celle qui commence, pour donner plus de force à l'expression.

Exemple :

Et les princes et les peuples gémissaient en vain ; en vain Monsieur, en vain le Roi lui-même tenaient Madame serrée ... (Bossuet, Oraison funèbre pour la Duchesse d'Orléans).

 7.10. Le pléonasme

Etymologie : grec pleonasmos

Définition : Terme ou expression qui ne fait qu'ajouter une répétition à ce qui vient d'être énoncé.

Définition 2 : Grevisse : Abondance d'expressions non exigée par l'énoncé strict de la pensée. Il peut servir à donner plus de force et de relief à tel ou tel élément de la proposition.

Définition : Littré : surabondance de termes, donnant plus de force à l'expression. Figure de syntaxe par laquelle on ajoute à une phrase des mots qui paraissent superflus par rapport à l'intégrité grammaticale, mais qui servent pourtant à y ajouter des idées accessoires, surabondantes, soit pour y jeter de la clarté, soit pour en augmenter l'énergie.

Voir redondance, tautologie.

Exemple :

Le pléonasme est vicieux lorsqu'il n'ajoute rien à la force de l'expression :

 7.10b. La périssologie

Etymologie : grec perissologia, "redondance", "superfluité"

Définition : PR : pléonasme fautif - Procédé d'insistance par répétition.

 7.11. La tautologie

Etymologie : grec tautologia

Définition : PR : Vice logique consistant à présenter, comme ayant un sens, une proposition dont le prédicat ne dit rien de plus que le sujet.

Définition : GL : Négligence de style consistant à présenter comme des idées différentes ce qui, en réalité, n'est que la même idée sous plusieurs formes.

 7.12. La battologie

Vieilli, aujourd'hui inusité

Définition : Littré : répétition oiseuse, fastidieuse des mêmes pensées sous les mêmes termes.

 7.13. Le paréchème

Définition : Littré : défaut de langage par lequel on place à côté l'une de l'autre des syllabes de même son.

Exemple :

Il faut qu'entre nous nous nous nourrissions.

 7.14. L'accumulation

Définition : Figure de rhétorique : action de mettre ensemble en grand nombre (des idées, des preuves, etc.).

Définition 2 : GL : Procédé stylistique qui consiste à accumuler les mots pour rendre l'idée plus frappante.

 7.15. L'énumération

Définition : Enumération des parties : figure de rhétorique.

 7.16. L'imprécation

Etymologie : latin imprecatio, de precari : "prier"

Définition : Figure de rhétorique : souhait de malheur contre quelqu'un.

Voir anathème, malédiction.

Définition : Littré : l'imprécation est une prière, la malédiction est une sentence prononcée au nom d'un sentiment religieux par une personne qui a le droit de la prononcer. L'anathème est une réprobation, un blâme solennel.

Expressions :

 8. Figures d'amplification ou d'atténuation

 8.1. L'hyperbole

Etymologie : grec huper et ballein : "lancer"

Définition : Figure de style qui consiste à mettre en relief une idée au moyen d'une expression qui la dépasse.

Définition : Littré : figure de rhétorique qui consiste à augmenter ou à diminuer excessivement la vérité des choses pour qu'elle produise plus d'impression.

Exemple :

Voir emphase, exagération.

Le contraire de l'hyperbole est la litote.

 8.2. La gradation

Etymologie : latin gradatio, de gradus : "degré"

Définition : PR : Figure de rhétorique qui consiste à disposer plusieurs mots ou expressions selon une progression de sens croissante et décroissante.

Définition 2 : GL : Disposition des termes d'une énumération dans un ordre de valeur croissant ou décroissant.

Définition 3 : Littré : figure par laquelle on accumule plusieurs termes ou plusieurs idées qui enchérissent l'une sur l'autre.

Exemples :

 8.3. La litote

Etymologie : grec litotes : "simplicité"

Définition : Figure de rhétorique qui consiste à atténuer l'expression de sa pensée pour faire entendre le plus en disant le moins. On se sert d'une litote quand on suggère une idée par la négation de son contraire.

Exemples :

Le contraire de la litote est l'hyperbole.

 8.4. L'euphémisme (n.m.)

Etymologie : grec eu : "bien" et phêmê : "parole"

Définition : Figure de rhétorique : expression atténuée d'une notion dont l'expression directe aurait quelque chose de déplaisant.

Voir adoucissement.

Exemples :

 8.5. La prétérition

Etymologie : latin praeteritio : "omission"

Définition : PR : Figure par laquelle on attire l'attention sur une chose en déclarant n'en pas parler.

Définition 2 : GL : Procédé de style par lequel on déclare passer sous silence une chose dont on parle néanmoins par ce moyen indirect.

Définition 3 : Littré : figure de rhétorique par laquelle on feint d'omettre des circonstances sur lesquelles on insiste avec beaucoup de force.

Synonymes : prétermission, paralipse.

Exemples :

 8.6. L'allusion

Etymologie : latin allusio

Définition : Manière d'éveiller l'idée d'une personne ou d'une chose sans en faire expressément mention.

Définition 2 : Littré : figure de rhétorique consistant à dire une chose qui fait penser à une autre.

Voir sous-entendu.

Expressions :

 8.7. La réticence

Etymologie : latin reticentia : "silence obstiné"

Définition : Voir interruption, silence.

Définition 2 : PR : Figure par laquelle on interromp brusquement la phrase, en laissant entendre ce qui suit.

Définition 3 : Littré : sorte de prétérition où, commençant l'expression de sa pensée, on s'arrête avant de l'avoir achevée. La réticence consiste à passer sous silence des pensées que l'on fait mieux connaître par ce silence, que si on parlait ouvertement.

Exemples :

 9. La déprécation

Etymologie : latin deprecatio

Définition : PR : Prière faite avec soumission, pour détourner un malheur, pour obtenir le pardon d'une faute.

Définition 2 : GL : Prière instante adressée à la divinité, à une puissance quelconque, à un homme même, afin d'obtenir une protection ou une faveur spéciale, l'éloignement d'un danger.

Définition 3 : Littré : figure par laquelle on s'interromp au milieu d'un discours pour demander aux dieux d'écarter un malheur ou un danger.

Exemples :

 10. La pointe

BC : Trait brillant et surprenant amené à la fin de certaines formes poétiques, en particulier l'épigramme.