-- P --
Parabole, n. f. Ligne courbe dont chacun des points est situé à égale distance d'un point fixe (le foyer) et d'une droite (la directrice). Par catachrèse, voie publique ayant la forme de cette courbe. Seul exemple repéré à ce jour :
Parabole du Clos (Bretteville sur Odon, 14) Parcours, n. m. (du bas latin percursus) PR : chemin pour aller d'un point à un autre. Parcours de la Brosse (Parc de Saint Cloud, 92) Parvis, n. m. (lat. paradisus) Extension du sens normal qui est : espace situé devant une église et généralement entouré d'une balustrade ou de portiques, place située devant une église. Parvis du Sacré Coeur (Paris 18ème , 75) (sens normal)
Parvis de Rotterdam (Lille, 59) (devant la gare Lille-Europe)
Parvis des Droits de l'Homme (Paris, 75) Pas, n. m. (lat. passus) Sens particulier du mot : lieu où l'on passe, que l'on doit passer. Plus utilisé comme terme géographique que comme nom de voie publique :
Département du "Pas de Calais"
Pas de la Cadiera (= passage des genévriers) (Malaucène, 83)
Rue du Pas Saint Georges(Bordeaux, 33)
Rue du Pas Notre Dame (Tours, 37) Passage, n. m. (de passer) Sens particulier du mot : petite rue interdite aux voitures, généralement couverte (souvent traversant un immeuble), qui unit deux artères. Passage Pommeraye (Nantes, 44)
Passage des Panoramas (Paris 2ème, 75)
Avec adjectif placé après :
Passage Souterrain Henri Gaillard (Paris 16ème, 75)
Avec adjectif placé avant :
Petit passage Saint Yves (Nantes, 44)
Passe, n. f. (de passer) Sens particulier du mot : endroit où l'on passe. Passe Michel Brosselin (Livron sur Drôme, 26)
Passe de la Nève, Passe de Laclotte, Passe des Trois Ecluses, ... (Soulac sur Mer, 33) Passé, n. m. Terme régional : sentier (Provence).   Passée, n. f. Terme régional : sentier dans un bois, trou dans une haie (Normandie, Saintonge) - En Wallonie : chemin. Passée des Vaches (Arbonne la Forêt, 77)
Passée du Long Welz (Momignies, Hainaut [Belgique])
Avec adjectif placé après :
Passée communale (Chantraine, 88)
Passeig, n. m. (mot catalan) Terme régional : passage (Roussillon) Passeig de la Patacada (Argelès sur Mer, 66) Passerelle, n. f. (de passer) Priier sens du mot : pont étroit, réservé aux piétons. Passerelle Saint Vincent (Lyon, 69)
Passerelle Butte Chatillon (Sèvres, 92)
Passerelle des Corderies (Dunkerque, 59) Passière, n. f. Pégorier : route, chemin, sentier (Centre de la France).   Patio, n. m. (de l'espagnol patio, du latin pactus) Cour intérieure à ciel ouvert d'une maison espagnole ou de style espagnol. (Par extension : voie publique encerclée de bâtiments ?) Patio des Catalpas (Champs sur Marne, 77) Patte d'oie, n. f. Carrefour d'où partent plusieurs routes. Place de la Patte d'oie (Toulouse, 31)
Patte d'oie d'Herblay (Herblay, 95) Pavé, n. m. Ensemble des blocs (de pierre, de bois, etc.) qui forment le revêtement du sol. Spécialement : La partie d'une voie publique ainsi revêtue. La rue, la voie publique. ... Pégorier : A pris dans certaines régions le sens de "route" (Nord, Belgique) Pavé de la Chapelle (Houplines, 59)
Pavé du Stiberg (Linselles, 59)
Pavé des Pèlerins (Montrœul au Bois, Hainaut [Belgique])
Pavé d'Ath (Bassily, Hainaut [Belgique])
Pavé de Warquignies (Colfontaine, Hainaut [Belgique]). Pavillon, n. m. (lat pavilio, "papillon") Sens inhabituel du mot (sens normal : construction légère élevée dans un jardin, un parc ; petit bâtiment isolé ; corps de bâtiment qui se distingue du reste de l'édifice dont il fait partie). Pavillon Saint Pierre (Aire sur la Lys, 62)
Pavillon Bel Air (Mons en Baroeul, 59) Péageau, n. m. (péage : du latin pedaticum, "droit de mettre le pied") TLF : Ellipse de Chemin péageau : chemin soumis autrefois à un droit de péage. Les chemins se distinguaient en chemins péageaux et en sentiers; des lois en réglaient la largeur. (CHATEAUBR., Litt. angl., t.1, 1836, p.45). Pendée , n. f. Terme régional : rue. Pendée aux Bécasses (Ottignies - Louvain la Neuve, Brabant Wallon [Belgique]) Pente , n. f.   (Ottignies - Louvain la Neuve, Brabant Wallon [Belgique]) Pénétrante, n. f. (de pénétrer) Grande voie de circulation (autoroute) allant de la périphérie au cœur d'un important centre urbain Pénétrante de la Rocade (Fouquière lès Lens, 62)
Pénétrante Grasse-Cannes (Grasse, 06) Percée, n. f. (de percer, latin pertusiare, "trouer") Ouverture qui ménage un passage ou donne un point de vue. Par extension, voie publique traversant un quartier. Seul exemple repéré à ce jour :
Percée Sud (Thionville, 57) Périphérique, n. m. Adjectif substantivé : [voie publique] qui se situe à la périphérie (d'une ville, d'un quartier) Périphérique de l'Île de France (celui qui fait le tour de Paris)
Périphérique Jean Macé, Périphérique Saint Just, Périphérique Henri Wallon (Saint Etienne du Rouvray, 35) Péristyle, n. m. (grec peristylon) Colonnade entourant la cour intérieure d'un édifice ou disposée autour d'un édifice. Péristyle de Montpensier (Paris Palais-Royal 1er, 75)
Péristyle du Gravier (Agen, 47) Perspective, n. f. (du latin médiéval perspectiva) TLF : Grande voie ou avenue en ligne droite, considérée dans sa profondeur Perspective de la Côte des Basques (Biarritz, 64)
Perspective de l'Océan (La Rochelle, 17) Pfad, n. m. (mot alsacien) Pégorier : sentier (Alsace) Avec adjectif placé avant :
[Chemin] Unterer Pfad [Chemin d'en bas] (Colmar, 68)
Construction hybride :
[Rue] Judepfad [Chemin des Juifs] (Kintzheim, 67) Piazza, n. f. (mot corse) Terme régional : place (Corse) Piazza Gollu (Monticelli, 20) Piedsente, n. f. (aussi : Pied-sente) (de pied et sentier) Pégorier : sentier de piéton (Flandre, Normandie). Pied-sente d'Orchies (Bouvines, 59)
Piedsente du Bas de l'Enfer (Bondues, 59) Piste, n. f. (italien pista, de pestare, "broyer") Sens particulier du mot : chemin non revêtu (en pays peu développé). Piste de Fondeville (Toulouse, 31)
Piste de la Plaine (Vidauban, 83) Piste cyclable, n. f. Partie d'une chaussée, ou chaussée spécifique, réservée aux bicyclettes et vélomoteurs. Piste cyclable de Madrid à Neuilly (Bois de Boulogne, Paris 16ème, 75) Plaça, n. f. (mot catalan) Terme régional : place (Roussillon) Plaça Sant Génis (Err, 66)
Plaça Com Al Raparo (Argelès sur Mer, 66) Place, n. f. (lat. platea) Lieu public, espace découvert, généralement entouré de constructions. Place de la Concorde (Paris 8ème, 75)
Avec adjectif placé avant :
Ancienne Place aux Cuirs (Falaise, 14)
Grand'Place (Bruxelles, Bruxelles-Capitale [Belgique])
Avec adjectif placé après :
Place Brûlée (Vannes, 56)
Place Carrée (Paris 1er, 75) (place souterraine du Forum des Halles)
Place Carrée (Chalon sur Saône, 71)
Place Cathare (Peyriac-Minervois, 11)
Place Drapière (Vienne, 38)
Place Marchande (Lagny sur Marne, 77)
Place Nationale (Paris 13ème, 75)
Place Ovale (Cachan, 94)
Place Royale (Laval [Québec])
Place Verte (Valbonne, 06) Place d'armes Vocabulaire des fortifications : espace servant à rassembler des troupes pour une sortie ou à les faire évoluer, selon le site de l'Association Vauban. On trouve des "Place d'armes" (sans dénomination complémentaire) dans les villes suivantes, entre autres : Metz (54), Sélestat (67), Neuf-Brisach (68), Sedan (08)
et dans l'aire francophone : Monaco, Luxembourg, Montréal Place intérieure Spécialité toulousaine ? Place Intérieure Jean Doujat (c'est une impasse) , Place Intérieure Saint Cyprien, Place Intérieure Roland-Garros (Toulouse, 31) Placette, n. f., dim. de place Petite place Placette des Fauconnières (Ivry-sur-Seine, 94) Placis, n. m. Pégorier : Place (Ille et Vilaine) (mais deux des exemples ci-joints sont en fait des impasses) Placis de l'Orléanais (Rennes, 35)
Placis de l'Oie Blanche (Montlouis sur Loire, 37) (n'est pas une place, mais une impasse)
Placis Montparnasse (Saint Herblain, 44) (idem) Plaço, n. f. (aussi : Plaçot) Terme régional : place (Provence) Plaçot de la Font (Carros, 06)
Plaçot dou Pue (Carros, 06)
Plaçot dis Lero (Sorgues, 84)
Plaço dou Grégau (Les Saintes Maries de la Mer, 13) Plage, n. f. (grec plagios, "oblique") Extension du sens initial : lieu où une plage (i.e. la partie en pente douce du rivage) est fréquentée par des baigneurs. Plage Gaston Defferre (Marseille, 13)
Plage d'Amée (Jambes, Liège [Belgique]) Plaine, n. f. (lat. planus) Sens inhabituel du mot. Plaine de Grézieux (Lorette, 42) Plan, n. m. (lat. planus) Extension locale du mot, non signalée par le Petit Robert (sens initial : étendue plane) : place.
Pégorier : endroit plat, plaine (Ubaye, Pyrénées) Plan de l'Olivier (Montpellier, 34)
Plan Porte d'Orange (Carpentras, 84) Planches, n. f. pl. "L’ancien pont romain sur le Cardo, délabré depuis les invasions normandes, n’est plus au XIIIe qu’une passerelle en bois, les planches Milbrai (ou Mibray, en milieu du bras de la Seine)". (in Atlas Historique de Paris, à propos du Pont Notre-Dame). Planches Milbrai (Paris, 75) [cf. ci-contre] Planet, n. m. (dim. de plan) Diminutif du précédent. Planet de Guidan (Pernes les Fontaines, 84) Planette, n. f. (dim. de plan) Féminin du précédent. La Planette (Vénasque, 84) Plasenn, n. f. (mot breton) (aussi : Placen) Terme régional : place (Bretagne) Plasenn ar Segal (Châteauneuf du Faou, 29)
Plasenn ar Vakez (Pleumeur-Bodou, 22)
Placen Ar Vered (Plouzané, 29) Plateau, n. m. (de plat) Sens particulier du mot : étendue de pays assez plate et dominant les environs. Parfois synonyme de "parvis". Plateau Cherchell (Marseille, 13)
Plateau Roy-Cluny (Fort de France, 972)
Plateau de la Gare (Treignes, Namur [Belgique] ; Tubize, Brabant Wallon [Belgique] ; Rognon, Brabant Wallon [Belgique]) Plätzel, n. f. (mot alsacien) Terme régional : place (Alsace) Zixplätzel [Place Benjamin Zix] (Strasbourg, 67)
Waiseplätzel [Place des Orphelins] (Strasbourg, 67) Pont, n. m. (lat. pons) Sens initial du mot : construction, ouvrage, reliant deux points séparés par une dépression ou par un obstacle. Pont Mirabeau (Paris 15ème, 75)
Avec adjectif placé avant :
Nouveau pont (Nyons, 26)
Petit pont (Paris 4ème, 75)
Vieux pont (Nyons, 26)
Avec adjectif placé après :
Pont neuf (Paris 1er, 75) Port, n. m. (lat. portus) Abri naturel ou artificiel aménagé pour recevoir les navires, pour l'embarquement et le débarquement de leur chargement. Port Debilly (Paris 16ème, 75) Portage, n. m. (de porter) Sentier utilisé pour le transport des embarcations et des bagages afin d'éviter des obstacles à la navigation ou pour atteindre un lac ou un cours d'eau (Commission de toponymie du Québec). Portage Kamushkuapetshishkuakanishit (Rivière-Mouchalagane [Québec])
Portage Ikwe (Lac Chicobi [Québec]) Portail, n. m. Forme régionale de "porte". Avec adjectif placé après :
Portail Bas, Portail Haut (Marcolès, 15) Porte, n. f. (lat. porta) Sens initial du mot : ouverture spécialement aménagée dans l'enceinte d'une ville pour permettre le passage, et par extension, lieu où se trouvait autrefois une porte de ville. Porte Castellane (Marseille, 13)
Porte de l'Arbalète (ancienne porte de l'Abbaye Saint Marcel à Paris 5ème, 75)
Porte d'Arras (Douai, 59) Portique, n. m. (lat. porticus, de porche) Galerie ouverte soutenue par deux rangées de colonnes, ou par un mur et une rangée de colonnes. Nombreux exemples à Royan (17) : Portique Doumer, Portique de la Plage, Portique de la Poste, Portique du Casino, Portique du Théâtre, Portique du Baccara et Portique du Port. Potager, n. m. (de potage, "légumes pour le pot") Emploi inhabituel du mot (sens normal : jardin destiné à la culture des légumes). Potager du Château (Maignelay-Montigny, 60) Poterne, n. f. (lat posterula, "[porte] de derrière") Porte dérobée dans la muraille d'enceinte d'un château, d'une fortification. Pas d'exemple actuel
Poterne des Peupliers, Poterne de l'Ave Maria, etc. (anciennes rues de Paris, 75) Pourtour, n. m. (de pour, et tour) Utilisation inhabituelle du sens : "partie qui fait le tour (d'un lieu), qui forme les bords (d'une chose)" Pourtour Saint Martin (Vitré, 35) (rue qui fait le tour de l'église Saint Martin)
Pourtour de la Halle (La Charité sur Loire, 58) Pousterle, n. f. (lat posterula, "[porte] de derrière") Pégorier : rue très roide, garnie d'escaliers (Gers) (voir quelques photos des pousterles d'Auch sur les pages perso de Frédéric Hoyez et Frédéric Neau).
A Venterol, "petite rue en pente qui joint le haut et le bas du village et qui, dans le temps, longeait les anciennes fortifications."
Pousterle des Houmettos (Auch, 32)
Rue de la Pousterle, dite familièrement "La Pousterle" (Venterol, 04)
Avec adjectif placé avant :
Vieille pousterle (Auch, 32) Pré, n. m. (latin pratum) Emploi inhabituel du mot (sens normal : terrain produisant de l'herbe qui sert à la nourriture du bétail) Pré Messire (Stavelot, Liège [Belgique])
Pré Lorint, Pré Walthéry (Chaudfontaine, Liège [Belgique]) Préau, n. m. (diminutif de pré) Extension du sens normal : cour intérieure (d'un monastère, d'une prison, d'un hôpital), puis partie couverte d'une cour d'école. Préau Sainte Catherine (Laval, 53)
Préau des Eaux-de-Vie (ancienne rue de la Halle aux Vins, Paris, 75) Promenade, n. f. (de promener) Sens particulier du mot : lieu aménagé dans une ville pour les promeneurs. Promenade des Anglais (Nice, 06)
Promenade d'Australie (Paris 15ème, 75)
Promenade de la Nuit de Mai (Ottignies - Louvain la Neuve, Brabant Wallon [Belgique]) Promenée, n. f. (part. passé substantivé de promener) Dans le sens de "endroit où l'on se promène" (inconnu du Robert) Plusieurs exemples à Ivry-sur-Seine, 94 :
Promenée Jeanne-Hachette
Avec adjectif placé après :
Promenée Supérieure (toujours à Ivry) Promenoir, n. m.(de promener) Lieu destiné à la promenade dans l'enceinte d'un édifice clos (hôpital, couvent, collège, prison...). (Par extension : voie piétonne ?) Promenoir des Prêtres (Sedan, 08)
Promenoir de la Goélette (La Rochelle, 17)
Promenoir de Jersey (Agon-Coutainville, 50)